Divertisements

Masters 2019 : Pourquoi la victoire de Tiger Woods compte vraiment

Masters 2019 : Pourquoi la victoire de Tiger Woods compte vraiment

Dimanche soir, alors que le putt de Tiger Woods tombait dans le trou à la 18e place, je suis parti aussi vite que possible par la porte arrière du centre de presse de l’Augusta National. J’ai démarré mon magnétophone. Je l’ai mis dans ma poche. Et j’ai vu la scène. Lorsque j’ai écouté plus tard ce soir-là, et de nouveau lundi, j’ai réalisé que c’était la meilleure décision que j’avais prise toute la semaine.

Une relecture de la bande sonore me ramène à cette scène enivrante. Quand j’atteins le terrain, les sons de l’euphorie me frappent, forts de 10 000 clients, au moins, capturés sur un micro étouffé au fond de ma poche. Si vous avez déjà connu l’agonie d’échapper à un événement sportif bondé, imaginez l’expérience exactement inverse. A Augusta, on dirait que l’équipe de tout le monde a gagné. L’ambiance, le bavardage, l’exaltation à l’état pur : tout se traduit par une sorte de bourdonnement aigu, interrompu par des cris joyeux et un cri « Tigre ! Ow owww ! » Ce n’est pas une course contre la montre, ils marchent ensemble calmement. La Marche du Tigre. Aucun d’entre eux ne veut partir.

La victoire des Masters de Tiger Woods signifiait beaucoup pour beaucoup de gens.

Il y a du bruit dans la bande sonore, puis une série de mes pas bruyants sur l’herbe, puis sur le trottoir, et la voix suivante qui s’enregistre est celle de Rob McNamara, le membre le moins connu de l’équipe Tiger mais peut-être l’homme le plus proche de The Man. Il donne rarement des interviews. Mais maintenant, il est là, en train de parler avec animation alors qu’il se promène dans le clubhouse, emporté par l’instant présent, se remémorant le passé. « Cela fait beaucoup d’années – je suis avec lui depuis 2000, dit-il. « Il m’a engagé, mais j’ai commencé avec lui sur IMG, juste pour son compte. » Cette victoire fait que tout le monde allume sa machine à remonter le temps. McNamara répond heureusement aux questions les unes après les autres.

Mes pas quittent le patio et se dirigent en direction de la Butler Cabin, et il y a un rugissement qui monte maintenant, puis un chant : « Ti-ger ! Ti-ger ! » Le chant est plus rapide maintenant, et frénétique. Il est sur le green, avec Patrick Reed, en train de se délecter. La cérémonie de la veste verte devait être annulée, les fans devaient être forcés de quitter la propriété, mais les voilà, ceux qui avaient refusé de partir, et ils courent après Tiger alors qu’il quitte le green, courant à Augusta. Les rugissements le suivent comme une vague, et les gens aussi, et pendant un moment, il semble qu’ils pourraient suivre Woods jusqu’à ce que la sécurité les repoussent.

La victoire émouvante de Tiger Woods au Masters est la première grande victoire de sa nouvelle vie

Un fan crie vers Woods au fur et à mesure qu’il s’éloigne, juste avant de monter dans un van. « Tiger ! Tu en gagneras un autre l’année prochaine ! » Sa voix craque sur le dernier mot, et tout le monde rit, et applaudit.

Encore des pas. Des gouttes de pluie maintenant, aussi. Vient ensuite la voix de Joe LaCava, le caddie de Woods. LaCava s’éclipse généralement après les compétitions ; c’est un homme de peu de mots et il se fait un point d’honneur à refuser tout crédit. Mais maintenant, il est posté sur le hayon arrière de la voiture de golf de Tiger, un SUV Mercedes, en train de répondre à des questions pendant une demi-heure ou plus.

« Je n’ai pas fait tout le dur labeur. Je n’ai pas eu toutes les opérations. Je n’étais pas en Floride, dit-il. « Alors pour moi, c’est facile. J’arrive, j’essaie de faire un travail décent à mi-chemin et il doit faire tout le travail difficile. »

Il y a une autre voix, et un « highfive ». « Quoi de neuf, gros bonnet ? » demande LaCava.

La voix de Patrick Reed répond. « Je n’ai pas tout gâché ! » Il glousse de joie ; aujourd’hui, même le champion en titre est étourdi par la défaite.