Santé

Diabète : Le fromage peut-il contrôler la glycémie ?

Diabète : Le fromage peut-il contrôler la glycémie ?

Une nouvelle étude montre que le fromage améliore la sensibilité à l’insuline chez les rats prédiabétiques.

Selon l’American Diabetes Association (ADA), 30,3 millions d’adultes aux États-Unis vivent avec le diabète, qui est la septième cause de décès aux États-Unis.

Dans le diabète de type 2, l’organisme d’une personne est incapable d’utiliser correctement l’insuline pour absorber le sucre du sang dans les cellules.

Le fromage chargé de matières grasses et de sel est un sujet controversé lorsqu’il s’agit de diabète et de santé en général.

Bien que de nombreuses personnes l’apprécient dans le cadre de leur régime alimentaire, l’ADA recommande des variétés à teneur réduite en gras par rapport aux fromages gras ordinaires.

Le grand problème de la recherche sur les effets du fromage est que de nombreuses études reçoivent l’appui des organismes laitiers.

Souvent, il n’est pas clair dans quelle mesure un bailleur de fonds participe à la conception et à l’interprétation d’une étude particulière. La méfiance du public à l’égard de ces études n’est pas surprenante, surtout lorsqu’elles font des allégations audacieuses qui vont à l’encontre des conseils de santé publique.

Une étude récente ajoute de l’huile sur le feu en démontrant que le fromage ordinaire et le fromage à faible teneur en gras améliorent la sensibilité à l’insuline chez les rats prédiabétiques. Les Producteurs laitiers du Canada ont financé l’étude.

Le fromage améliore la sensibilité à l’insuline

Dans le cadre de cette étude, Catherine Chan, professeure à la Faculté des sciences agricoles, de la vie et de l’environnement de l’Université de l’Alberta à Edmonton (Canada), et ses collaborateurs ont examiné comment les rats prédiabétiques se nourrissaient de fromage ordinaire comparativement au fromage faible en gras.

L’équipe a nourri les rats avec un régime riche en matières grasses pendant 4 semaines pour les rendre prédiabétiques. Ensuite, ils ont ajouté du fromage cheddar ordinaire ou du fromage cheddar faible en gras à l’alimentation de certains des rats pendant 10 semaines de plus. Les rats du groupe témoin ont reçu une alimentation faible en gras tout au long de l’étude.

Il n’y avait aucune différence dans les taux de glycémie à jeun ou d’insuline à jeun après que les rats aient suivi leur régime d’essai respectif pendant 10 semaines.

Lorsque l’équipe a testé la capacité des animaux à réguler leur glycémie après une injection d’insuline, les animaux qui ont reçu du fromage en plus d’une alimentation riche en gras ont obtenu des résultats similaires à ceux d’une alimentation faible en gras. Cependant, les résultats étaient significativement différents de ceux des rats qui suivaient uniquement un régime riche en matières grasses.

Chan a expliqué ce qui suit au sujet de ses résultats dans un communiqué de presse : « Le fromage n’a pas totalement normalisé les effets de l’insuline, mais il les a considérablement améliorés. Et peu importait si c’était du fromage ordinaire ou allégé. »

Pourtant, lorsque l’équipe a utilisé un test différent – le test de tolérance au glucose par voie orale, qui mesure la glycémie avant et après une dose élevée de glucose – elle n’a constaté aucune différence dans la façon dont les animaux réagissaient.

Cela montre que dans le modèle de rat prédiabétique utilisé dans l’étude, tous les rats étaient capables de faire face à une hausse de la glycémie de la même façon, qu’ils aient suivi un régime faible en gras, un régime riche en gras ou mangé du fromage.

Fromage allégé et financement de la recherche

Chen et l’équipe ont ensuite examiné une série de métabolites dans le sang des animaux. Ils ont constaté que plusieurs phospholipides présentaient des profils similaires chez les rats mangeurs de fromage et les rats à faible teneur en gras, alors que les concentrations étaient différentes chez les rats à forte teneur en gras.

Les phospholipides sont essentiels au maintien d’une fonction cellulaire saine, et les scientifiques ont établi un lien entre les altérations des niveaux normaux de phospholipides et la résistance à l’insuline et le diabète.

Alors que Chan concluait dans le journal que « la sensibilité à l’insuline des rats était améliorée par le fromage indépendamment de sa teneur en matières grasses », elle s’est également adressée à l’éléphant dans la salle dans la section déclaration d’intérêts.

« Un représentant des Producteurs laitiers du Canada a révisé le manuscrit avant sa soumission, mais n’a joué aucun rôle dans la conception de l’étude, la collecte, l’analyse ou l’interprétation des données, la rédaction du manuscrit et de son contenu final, ou la décision de soumettre le manuscrit pour publication, a-t-elle écrit.

Reste à voir si cela suffit à dissiper la controverse qui entoure les études financées par l’industrie.

Chan continue de critiquer le fromage à faible teneur en gras.

La réponse est :  » Je n’aime pas ça « , alors les gens soit ne mangent pas de fromage, soit mangent du fromage gras ordinaire et se sentent coupables « , explique-t-elle. « Le fromage a beaucoup de nutriments, et si vous le supprimez de votre régime, avec quoi allez-vous le remplacer ? »

Le fromage et le risque de diabète

Bien qu’il soit possible d’établir un lien entre un facteur, comme la consommation de fromage, et un résultat, comme le développement du diabète, il n’est pas facile de prouver le mécanisme qui relie les deux facteurs.

Chan n’est pas la première personne à s’intéresser au fromage et au diabète, bien que la sienne soit l’une des rares études à tenter de découvrir comment le fromage affecte exactement le métabolisme. C’est aussi la première fois qu’elle affirme avec audace que la consommation de fromage peut améliorer la sensibilité à l’insuline.

L’étude InterAct a été financée par le Cadre de recherche de l’Union européenne pour étudier l’interaction entre la génétique et le mode de vie dans le développement du diabète. Un document publié en 2012 par le Consortium InterAct a révélé que la consommation totale de produits laitiers n’avait aucun effet positif ou négatif sur le risque de diabète.

Les auteurs ont suggéré une réduction modeste du risque de développer un diabète de type 2, possiblement médié par les acides gras saturés ou les bactéries probiotiques que l’on retrouve dans le fromage.

Entre-temps, l’ADA, dans sa plus récente mise à jour sur les normes de soins médicaux pour le diabète, a levé la restriction sur le sodium dans l’alimentation des personnes atteintes de diabète. Les niveaux quotidiens recommandés de sodium pour les personnes atteintes de diabète correspondent ainsi à ceux de la population générale, soit 2 300 milligrammes (mg) par jour. Ils reconnaissent également qu’il n’existe pas un seul régime alimentaire qui convienne à toutes les personnes atteintes de diabète.

On ne sait pas encore si cela signifie que le fromage ordinaire sera de retour au menu. Quoi qu’il en soit, la meilleure façon de procéder est d’examiner qui finance les études et comment les gouvernements et les associations élaborent les conseils en matière de nutrition.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *